AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dalia Dolano

Aller en bas 
AuteurMessage
Dalia Dolano

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: Dalia Dolano   Sam 9 Aoû - 22:48

Nom : Dolano
Prénom : Dalia
Sexe : Féminin
Age : 16 ans

Classe : Seconde A
Passe-temps/Hobby : Elle adore chanter et jouer du piano.
Club(s) : Aucun pour le moment.

Ce qu'il/elle aime :
Ce qu'il/elle n'aime pas :

Caractère : C'est une jeune fille tout ce qu'il y a de plus timide. Si on veut être ami avec elle, ou tout simplement lui parler, il faut se lever de bonne heure ! A forciori si vous êtes un garçon ! C'est un des problèmes majeurs dans sa vie, la communication avec les gens. Non pas qu'elle ne les aime pas, mais elle doit venir des autres et ce même si elle essaie de faire des efforts pour la faciliter...

De nature douce et modeste, elle reste beaucoup à l'écart et ne se manifeste pas beaucoup. Elle observe les gens et dotée d'une capacité d'analyse assez poussée, elle parvient à les connaître facilement rien qu'en les regardant comme elle sait si bien le faire, puisqu'elle ne leur parle pas ou ne les approche pas. Cependant, elle ne leur en parle surtout pas et se contente de tenter de sympathiser avec ces personnes si elle pense pouvoir y arriver ou si elle est vraiment décidée à le faire.

Elle est très curieuse et s'intéresse à tout, surtout si quelqu'un de son entourage a une passion qu'il est prêt à partager. Elle se penchera volontiers dessus, aussi bien pour faire plaisir que pour son intérêt personnel. Elle sait faire beaucoup d'effort pour faire plaisir aux gens autour d'elle, réfléchissant toujours à ce qui peut les blesser et ce qui peut les contenter.

Créative aussi bien en musique que dans la vraie vie, il lui arrive parfois de se faire des scénarios pas possibles voire abracadabrants, même si elle revient vite sur terre. Cependant, elle ne peut pas se figurer qu'on puisse s'intéresser à elle, car elle n'a pas beaucoup confiance en elle. À moins de lui mettre un piano sous les mains, il est rare qu'elle se lâche vraiment, même si avec certaines personnes, elle le fait sans soucis. On découvre alors, au lieu de la jeune fille timide qui ne parle pas et rougit tout le temps, une fille dynamique et pleine de vie qui aime rire et s'amuser.

Description physique : Dalia est une jeune fille de taille moyenne (un peu moins d'1m70), plutôt fine et très menue. Elle fait grande quand on la voit de loin car plutôt élancée, bien sûr quand on s'approche on s'apperçoit qu'elle est déjà plus petite que ce que l'on pensait.

Son visage fin et doux est encadré par des cheveux noirs et raides qui réhaussent sa peau claire. Ses yeux noirs sont très expressifs, ce qui lui pose souvent des problèmes car elle ne peut pas mentir, ils la trahissent toujours.

Ses cheveux noirs de jai sont raides et lui arrivent à peu près jusqu'aux omoplates. Une mèche de côté barre son front, tandis que d'autres beaucoup plus fines s'amusent parfois à défier les lois du peigne. Sa mère étant une styliste assez douée, elle lui fait souvent toute sorte de coiffure, profitant de sa chevelure relativement docile. En revanche, pour le lycée, elle se débrouille souvent seule et reste simple, histoire de ne pas se faire remarquer. Elle porte aussi des lunettes pour lire et voir au tableau, mais comme ce sont des verres progressifs, elle les porte toute la journée au lycée.

Son style vestimentaire est assez sobre, mais en général elle préfère les patalons, n'aimant pas trop ses jambes. Pour faire plaisir à sa mère qui adore lui faire des jupes, elle en porte de temps en temps, mais celles-ci sont souvent un peu plus extravagantes que ses pantalons noirs tout simples. Elle aime bien cependant les couleurs un peu flash et en porte parfois, selon son humeur. Au lycée, elle est habillée comme un garçon des pieds à la tête, et a souvent un ample foulard autour du cou, qui remonte de sorte qu'on ne voit pas vraiment le bas de son visage. Ceux qui ne la connaissent pas en dehors, ou qui n'ont pas été un jour dans sa classe croient en effet que c'est un garçon très androgyne. Quand elle va en ville avec des amies, elle est en revanche vêtue comme toutes les jeunes filles de son âge et peut être parfois très féminine.

Histoire : La salle était noire, à l'exception de la scène. Dalia repassa la tête derrière le rideau sombre et se mit à faire les cent pas dans les coulisses, en se tordant les doigts. La pression montait, montait. Quand l'organisateur allait-il annoncer son entrée ? Sa patience commençait à partir en poussière pour laisser place à un trac presque paralysant. Se montrer devant tout le monde....Impensable !

Elle était prête à partir quand la voix du responsable retentit. On venait de l'inviter à s'avancer sous les projecteurs. Horreur ! Elle inspira profondément, souffla longuement et fit un pas en avant. Puis deux, puis trois. Elle avançait sans réfléchir, le plus souplement et le plus gracieusement possible. Elle s'arrêta devant la banquette et s'inclina face au public. Dans l'assistance, elle reconnut sa mère, au premier rang, applaudissant avec entrain, un sourire encourageant aux lèvres. C'était elle qui lui avait fait sa robe pour son récital. La jeune fille était de ce fait très élégante, voire même plus que les autres participantes, dans une robe noire à la fois simple et originale. Ses longs cheveux étaient lâchés sur ses épaules nues et blanches, ses joues ne prenant pour une fois pas une jolie teinte rouge, comme l'habitude l'aurait voulu.

Mais elle avait vu quelqu'un d'autre, au premier rang, juste un peu plus loin. Son père. C'était lui, dans cet élégant costume sur mesure gris, les cheveux plaqués en arrière et le sourire presque vrai. Il était juste en face du piano, qui était heureusement de profil à l'assemblée. Elle ne savait pas pourquoi il était venu. Lui qui n'avait jamais été là quand elle était petite, le voilà plus présent que jamais depuis les quinze ans de sa fille. Cette dernière se moquait bien de sa présence, elle n'était pas si importante. Si elle l'avait étée, elles n'auraient jamais pu se débrouiller seule avec sa mère. Enfin, dire qu'il avait été totalement absent était tout de même mentir un peu. Il venait de temps en temps à la maison parler avec sa mère, mais toujours quand Dalia était couchée. En réalité, Speranza Dolano était à l'époque une jeune styliste italienne qui cherchait desespérément du travail et avait été un temps la maîtresse de cet homme qui la laissa tomber dès qu'elle fut enceinte. Il lui promettait de la faire connaître dans le monde de la mode et revint la voir à la clinique après la naissance de la petite et lui proposa un marché : si elle abandonnait sa fille, il se marierait avec elle et lui donnerait une chance d'être ce qu'elle avait toujours voulu être : une créatrice de mode connue. Ce fut un refus catégorique, agrémenté d'une gifle énergique devant une infirmière qui put confirmer que les italiennes étaient de sacrées sanguines quant à la protection de leur progéniture.

Dalia prit place sur la banquette et posa les doigts sur les touches. Instantanément, elle fut déconnectée du monde, comme si une autre avait pris sa place. Elle respira profondément et entama le morceau que son professeur lui avait fait réviser longuement pendant tout un mois. C'était un morceau contemporain, retranscris pour le piano (lien vers la musique). Elle entama le début, lent et entrecoupé. Elle jouait avec coeur et tout le monde l'écoutait. Mais cette mélodie, bien que jolie, n'était pas vraiment ce qu'elle aurait aimé jouer devant plus de cent personnes, dont d'autres pianistes. Sois disant qu'elle n'avait pas assez de talent pour faire autre chose. Du moins c'était ce que disais son prof. Pourtant, quand elle était petite et que sa mère faisait des réunions de famille dans son petit appartement, on lui demandait toujours de jouer et elle en avait ému plusieurs aux larmes. Peut-être qu'elle n'y mettait pas autant de coeur selon les personnes ? On devait sentir son manque d'enthousiasme pour ce morceau.

Elle finit et tout le monde applaudit, mais elle n'était pas fière. Il lui restait encore un morceau à jouer, comme tous les autres. C'était cencé être une autre chanson du genre de la première, mais au moment de poser ses doigts sur les touches, elle se résigna. Pourquoi suivre un programme si celui-ci ne plaît pas et si en plus les gens applaudissent par politesse. Un sourire apparut sur ses lèvres tandis qu'une idée germait dans sa tête.

Quand les claquement de mains s'arrêtèrent, elle entamma alors une musique légère et joyeuse, jouée sur peu de notes mais avec plus d'entrain. (lien vers la chanson (seulement partie piano pour la musique)) Quand elle était seule au piano sans son professeur, et que sa mère travaillait juste à côté, elles chantaient toutes les deux et Dalia les accompagnait en musique. Chacune son travail, dans la joie, la bonne humeur, et la complicité. Speranza était une femme extravagante qui disait toujours qu'il fallait suivre ses envies et tant pis si on perdait quelque chose, si on pouvait retrouver cette chose ailleurs, ou si ça pouvait nous soulager. Et à cet instant, la jeune fille avait envie de montrer ce qu'elle savait faire, tant pis pour ce qu'on penserait d'elle.

Comme elle continuait sur la même mélodie, elle en changea en entammant de sa voix légère et profonde à la fois :
Yozora o miage hitori houkiboshi o mita no
Isshun de hajikete wa kiete shimatta kedo
Anata no koto omou to mune ga itaku naru no
Ima sugu aitai yo dakedo sora wa tobenai kara


Moshi (Elle prit le refrain de la partie piano) atashi ga houkiboshi ni nareta naraba
Sora kakenuke tonde iku, donna
Ashita ga kite mo ko no omoi wa tsuyoi
Dakara houkiboshi zutto kowarenai yo

Elle fit glisser sa main droite des graves aux aigues, rapidement et reprit la mélodie des couplets. Dans la salle, quelques personnes commençaient à s'agiter sur leur siège. Sa mère souriait de toutes ses dents, quant à son professeur de piano, il en restait bouche bée. Son père, lui, restait neutre et la regardait sans broncher.

Ame ga futte iyada to boyaiteita toki ni
Anata ga itta koto ima demo oboeteru
Ame no ato no yozora wa kirei ni hoshi ga deru
Sore o kangaeru to ame mo suki ni nareru yo ne to

Moshi
(Sa main droite partit des aigues pour aller vers les graves et ce fut reparti pour le refrain qu'elle chanta peut-être avec plus de coeur qu'au début, car certaines personnes se levaient) atashi ga houkiboshi ni nareta naraba
Afureru hikari furasu yo itsumo
Kanashii toki yozora miru anata ga
Egao ni naru youni motto
(Elle s'arrêta et sa main droite reprit le même chemin que la fois précédente sur le clavier) kagayakitai

S'ensuivit une succession de saccades des mêmes notes, à intervalles réguliers, puis elle reprit la mélodie du début, la jouant plus doucement et plus grave pour qu'on entende mieux sa voix.
Anata wa itsumo hitori nanika to tatakatteru
Soba ni iru koto shika atashi ni wa dekinai kedo


Moshi (Et encore une fois, elle fit glisser sa main droite des aigues aux graves, reprenant plus fort et avec plus d'énergie le chant.) atashi ga houkiboshi ni nareta naraba
Sora kakenuke tonde iku kitto
Kanarazu todoku ko no isshun no hikari de
Anata no IMA terashi sora o megurou

(Elle s'arrêta de jouer.)Atashi ga (Sa main glissa comme la fois précédente.) houkiboshi ni nareta naraba
Kitto soba ni ite ageru,
(Et encore une fois, une glissade le long du clavier.) donna toki mo

Puis s'en reprit les saccades, et enfin elle s'arrêta de jouer. Tout le monde resta bête, puis ce fut sa mère la première qui se leva et applaudit. En une seconde, la salle entière l'applaudit, non pas parce qu'elle avait joué parfaitement du Mozart, mais parce qu'elle avait donné ce qu'elle avait à donner et qu'elle l'avait fait sans honte. Seul son père ne disait rien et la contemplait froidement tandis qu'elle se levait et saluait le public. Elle retourna vers les coulisses et y trouva avec surprise son prof de piano et sa mère. Elle ne savait pas par quel miracle ils étaient déjà là, mais Speranza Dolano la prit dans ses bras et lui dit avec son accent italien :

"Oh ! Ma chérie ! Je suis fière de toi ! Tu as été la meilleure ! Les autres ont tous faits bêtement ce qu'on leur disait mais toi tu as su exactement quoi faire."
Elle la regarda dans les yeux et posa une main sur sa joue :
"Et si tu ne réussis pas ce soir, je peux te dire que tu as impressionné tout le monde et que personne n'oubliera ce que tu as fait parce que t'as osé te montrer comme tu es devant tout le monde. Tu peux être fière !"
Ce fut le tour de Mr McNamara qui, avec un sourire aux lèvres, lui mit une main sur une épaule :
"Bravo, Dalia. Je suis content que tu ne m'aie pas écouté ce soir, tu t'es mieux débrouillée que si tu avais suivi le programme de départ."

Le dernier participant passa pendant qu'ils parlaient et bientôt on annonça que le juray allait débattre. Les deux intrus des coulisses avaient regagné leurs sièges et tous les pianistes attendaient derrière le rideau, tous pressés de savoir les résultats. Et ils arrivèrent. Le premier prix fut donné à un jeune homme d'une vingtaine d'années dont la modestie devait être largement à son aise dans le mouchoir de poche de ce dernier. Le deuxième était un pianiste professionnel, un homme d'âge mûr à l'air sévère. La troisième place fut accordée à une jeune fille de l'âge de Dalia qui avait refait sans une erreur deux Mozart, mais qui n'y avait rien mis d'autre. Bien sûr, la jeune fille s'en doutait, elle n'aurait pas sa place sur le podium, et pourtant, la voix de l'organisateur retentit de nouveau :

"Nous aimerions remercier tout particulièrement Melle Dalia Dolano pour son originalité et son grand talent. Si vous voulez vous donner la peine de nous rejoindre sur scène."
Elle s'exécuta, surprise, et avança d'un pas rapide, sa timidité reprenant le dessus.
"Ce soir, cette jeune fille a su séduire le jury parce qu'elle leur a prouvé que la technique n'a pas grand chose sans l'envie. On peut dire qu'elle a beaucoup de talent, et on espère bien la revoir encore quelques concours avec nous, histoire de nous renouveler le répertoire. Bravo mademoiselle, vous recevez un prix spécial, ce soir, et nous vous souhaitons de continuer ainsi, vous êtes plus que douée."
Il lui fit un baise-main, et elle s'inclina de nouveau face au public, le sourire aux lèvres.


Dernière édition par Dalia Dolano le Mer 17 Sep - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalia Dolano

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: Re: Dalia Dolano   Dim 10 Aoû - 16:02

Quand elle revint dans les coulisses, on lui sourit, quelques uns vinrent leur parler. Même le gagnant du concours vint lui demander s'ils pouvaient garder contact. Mais après la chaleur des autres musiciens, ce fut à la froideur de son père qu'elle se heurta.
"Le spectacle ne t'a pas plu, on dirait."
"Non, en effet."
"Ah, tu es bien le seul, on dirait."
"J'aurais préféré que ma fille ne se contente pas de jouer des petites chansons de starlette, et d'en être fière, en plus."
"Oh ! Je suis sincèrement désolée de te décevoir, tu ne peux pas savoir à quel point !"
Il s'approcha d'elle et lui attrapa violamment le poignet.
"Cesse de jouer les insolentes avec moi, je suis ton père je te rappelle !"
Et là, la haine monta. La rancune amassée depuis toutes ses années ressortit et tout ce que cet homme avait pu dire de mal sur elle dans sa vie, elle le lui fit payer en un seul geste. Comme sa mère avant elle, elle lui envoya sa main dans la figure avec force et rage.
"Réfléchis un peu, si tu étais mon père, je te respecterai."
Ce fut la dernière fois qu'elle vit son père, après elle n'accepta plus de le voir, même si elle a considérablement grimpé dans son estime et qu'il continue à lui payer ses études à Valliant Academy, étant donné qu'il est riche et qu'il n'a rien à faire de vraiment utile de son argent.


Lieu d'habitation : Un appartement au Ciceron, dans les quartiers modestes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Williams
Club de kendo - Président
avatar

Masculin
Nombre de messages : 61
Emploi/ Club : Kendo/Photographie
Date d'inscription : 03/08/2007

MessageSujet: Re: Dalia Dolano   Mar 12 Aoû - 23:45

Fichée validée.

Bienvenue ! Amuse-toi bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dalia Dolano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dalia Dolano
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dalia harrison ø ex-petite amie (cher llyod) - réservée.
» i loved you so much that it hurts so bad # DALIA - terminé
» Sweet dreams are made of you ? Dalia
» DALIA + I had a dream the other night 'bout how we only get one life.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valliant Academy :: Administration :: Présentations :: Elèves-
Sauter vers: